Se libérer pour libérer

JE TE CHERCHE par Martin Yelle — Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


je te cherche01Nadia Laliberté a découvert un chemin pour sa mission personnelle : libérer et aider les jeunes qui vivent l’intimidation.

Ce désir profond de vouloir aider les jeunes à s’outiller pour vaincre l’intimidation, Nadia le puise dans son expérience personnelle. Originaire de Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud, près de Montmagny, Nadia a subi l’intimidation de sa sixième année du primaire jusqu’à la fin de son secondaire. Les paroles blessantes et même les agressions physiques ont fait partie de cette période difficile de sa vie. « Je ne savais pas comment me défendre ni comment m’affirmer », se confie-t-elle.

Durant son adolescence, Nadia, venant d’une famille croyante et ayant elle-même une foi vivante, portait dans la prière cette situation difficile d’intimidation qu’elle subissait. « Je priais le Seigneur de pouvoir un jour rencontrer un groupe de jeunes qui ont la foi comme moi et il m’a exaucée. » C’est à sa cinquième année du secondaire qu’elle dit avoir reçu une réponse à sa prière dans la rencontre du groupe Marie-Jeunesse, qui était venu présenter une animation à son école. Ce sont l’acceptation et l’amour inconditionnel qu’elle a pu ressentir dans ce groupe qui l’ont beaucoup aidée à reconquérir son estime personnelle. Nadia mentionne : « Je me sentais aimée telle que j’étais dans ce groupe-là et cela a changé ma vie ! » 

ESTIME ET AFFIRMATION DE SOI

Ayant poursuivi des études universitaires dont elle est très fière à l’Université Laval, un baccalauréat multidisciplinaire en théologie, pédagogie et éducation, Nadia souhaitait devenir animatrice de pastorale en milieu scolaire. Au moment où elle avait ce désir, l’école québécoise vivait des changements importants en ce qui concerne l’animation pastorale en milieu scolaire; elle n’a donc pas pu réaliser ce projet.

Son désir de vouloir aider les enfants et les jeunes était loin d’être mort. Pendant plus de 4 ans, elle fait des démarches pour organiser une pièce de théâtre traitant de l’intimidation pour sensibiliser les jeunes. Les démarches auprès des milieux scolaires ne sont pas nécessairement faciles, elle a peu de réponses, mais, comme elle le dit : « Je n’ai pas lâché, je suis une personne qui va au bout de ses ambitions ! »

De là est né le projet du site Internet « Le respect mutuel »1 où, au moyen de bandes dessinées, Nadia souhaite outiller les enfants pour nourrir leur estime personnelle et favoriser l’affirmation de soi afin de mieux réagir à l’intimidation, au taxage et au commérage. Nadia, avec sa détermination, a su mobiliser de nombreuses personnes pour se joindre à sa cause : un ami dessinateur, des étudiants et étudiantes du Cégep de Limoilou et de l’Université Laval, une psychologue pour la préparation d’ateliers en ligne. Nadia porte ce projet avec beaucoup de conviction et n’hésite pas à inviter d’autres personnes à se joindre à elle dans cette cause qui lui tient tant à cœur : une étudiante en musique de l’Université Laval a accepté de l’aider pour la création d’une chanson traitant de l’intimidation et disponible sur le site Internet.

« IL FAUT QUE ÇA CHANGE »

Comment financer un tel projet? Un peu naïvement, je demandais à Nadia si elle reçoit des subventions pour la réalisation et la maintenance de son site Internet, pour la production des bandes dessinées, des ateliers en ligne et tout le reste. Tout simplement, elle me répondit : « Je mets mes économies de côté pour réaliser ce projet. » Présentement, Nadia fait le ménage dans des résidences privées en semaine et les week-ends, elle supervise l’entretien ménager des lieux publics dans un hôtel. Ce travail lui permet de répondre à ses besoins et en même temps d’alimenter son désir de faire sa part pour enrayer l’intimidation. « J’ai vécu de l’intimidation et je veux me mettre en action pour aider ceux qui en vivent, il faut que ça change », dit-elle.

Loin de demeurer dans le monde virtuel d’Internet, Nadia circule toujours avec des cartes professionnelles où les adresses de la page Facebook et du site Internet sont visibles. Elle mentionne qu’elle se laisse inspirer et les distribue dans les lieux publics à des jeunes qu’elle rencontre dans un arrêt d’autobus ou sur la rue. Elle sent par là qu’elle a une mission d’évangélisation et souhaite la mettre en œuvre au quotidien.

COMME MOÏSE

En demandant à Nadia comment sa foi est présente dans ce vaste projet, elle m’a répondu : « Je me sens comme Moïse qui reçoit la mission de libérer son peuple de l’esclavage. » C’est par ce chemin de libération que Nadia a pu passer. Des personnes sur sa route lui ont permis de retrouver son estime d’elle-même et l’ont aidée à trouver des chemins pour l’affirmation de ce qu’elle est et pour ce qu’elle souhaite accomplir. N’est-il pas bon de nous rappeler ces personnes et ces situations qui ont jalonné notre route de vie, qui nous ont permis de nous construire comme personne et d’apporter au monde notre couleur unique? Le chemin de libération de Nadia l’a amenée à être un tremplin pour que des enfants et des jeunes puissent à leur tour emprunter ce chemin.

Personnellement, le chemin de Nadia m’invite à regarder ma mission personnelle et comment je pourrais encore mieux l’accomplir concrètement. Ça vous inspire?

Dieu dit : « J’ai vu la misère de mon peuple en Égypte. Je l’ai entendu crier sous les coups de ses chefs égyptiens. Oui, je connais ses souffrances. Je suis donc descendu pour le délivrer du pouvoir des Égyptiens. Je veux l’emmener d’Égypte dans un pays beau et grand qui déborde de lait et de miel » (Bible Parole de Vie, Exode 3,7-8).

______________
1 www.lerespectmutuel.ca

je te cherche02