Ça pétille en moi!

VIVRE par Jean-Paul Simard — Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Simard Jean Paul

vivre01Chaque année, l’arrivée de Pâques me met dans une sorte d'exaltation. Ça me mousse le cœur. Je sens en moi comme un pétillement. Vous savez comment les Grecs ont baptisé ce pétillement de l'être? ENTHOUSIASME. Paraît-il que cela veut dire : exaltation produite par l'inspiration divine. Eh bien, c'est cette inspiration qui me dynamise. Je perçois Pâques comme un immense appel à la vie.

Une vie à la grandeur du cosmos. Chez les humains, comme dans le règne végétal, animal, un immense courant vital transcende la réalité. Il existe partout une puissance germinative à l’œuvre dans l’univers et cette puissance, c’est celle de la Vie. C'est ainsi que je vois la résurrection du Christ. Comme un grand courant de vie qui circule dans l’Univers. « Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jean 10,10). S’il est une parole de résurrection dans l’Évangile, c'est bien celle-là.

Cette promesse a l'heur de me faire marcher droit dans le sentier de la vie. Une marche avec le Christ ressuscité. Dieu marche avec moi et m’arrache à ma nuit. Voilà pourquoi cette marche se fait dans l'enthousiasme et la célébration de la vie qui jaillit de la mort. Vous comprenez maintenant pourquoi ça pétille en moi.

Animé de tels sentiments, comment ne pas sentir l'espoir se dilater en soi, surtout à une époque où tout invite à la désespérance? Comment peut-on parier sur le non-sens de la vie? Ou encore, comment peut-on croire en l’absurdité de l’existence? La vie, en dépit de tout ce qui la nie, témoigne qu'elle vaut la peine d'être vécue; que le suicide n'est pas une solution; qu'on peut sortir d'une dépression; qu'on peut vaincre une dépendance; bref, qu'on peut renaître des pertes de la vie. Nous cessons d’être alors victimes des circonstances et nous obtenons la force et le courage d’assumer notre destin jusqu’au bout. C'est ainsi que la vie jaillit de la résurrection.

La résurrection? C’est la Vie (celle de Dieu) qui vainc la mort sous toutes ses formes, y compris nos morts quotidiennes. J’aurais le goût d'évoquer cette merveilleuse maxime forgée par saint Bernard : « Rien n’est à ce point voué à la mort que la mort du Christ ne puisse le libérer. Dès que je pense à cette médecine si forte et si efficace, la pire des maladies ne m’effraie pas. » Jésus incarne ce paradoxe existentiel: il est mort en donnant la vie. C’est ce qui permet de regarder le monde à travers le regard poétique de Dieu, dont on dit dans la Genèse : « Dieu vit que cela était bon » (1,4).

C'est dans cet esprit que je vous propose un kérygme de résurrection qui pourrait vous accompagner dans toutes les circonstances de votre vie. Ce kérygme, je le formule ainsi: La vie jaillit de la mort, Dieu marche avec moi et m’arrache à ma nuit. Redites ce kérygme, souvent, comme un mantra. Récitez-le comme une prière. Méditez-le, portez-le dans votre cœur, partout et toujours. Je vous promets d'expérimenter ce pétillement de l'être qui vous accompagnera dans toutes les circonstances, faciles ou difficiles. Et vous verrez la puissance de la résurrection éclater dans votre vie.


Jean-Paul Simard est écrivain.
Bienvenue sur son site Web : jeanpaulsimard.com