La vie a-t-elle un sens?

 

REGARDS BIBLIQUE par Sébastien Doane, bibliste — Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Regards bibliques

Saviez-vous qu’un écrit de la Bible considère que la vie est absurde? Dans le livre qui porte son nom, Qohélet est scandalisé parce que la vie se termine avec la mort. Il faut se rappeler qu’à cette époque, la foi juive n’avait pas encore élaboré la croyance en la résurrection. Après la mort, il n’y avait que le shéol, le lieu des morts. Un lieu sans vie, sans Dieu et sans espoir. Pour Qohélet, cette mort est complètement absurde. La vie vaut-elle la peine d’être vécue? L’être humain n’arrive pas à vivre du bonheur durable auquel il aspire. Tout ce que l’humain expérimente en cette vie est éphémère et n’arrive pas à procurer un bonheur solide et durable.Bien qu’écrite 200 ans av. J.-C., la réflexion philosophique transmise par Qohélet est étonnamment très proche de certains courants de pensée actuels. Peut-être que la Bible a plus à dire à nos contemporains non croyants que l’on pense!

Tout est éphémère ! 

« Vanités des vanités, dit Qohélet, vanités des vanités, tout est vanité » (1,2 et 12,8). Ce célèbre slogan du livre traduit par vanité est le mot hébreu hevel. Au sens littéral, ce mot signifie « buée » ou « vapeur ». La Bible l’utilise de façon métaphorique pour parler de ce qui est éphémère. Donc, selon le verset cité, pour Qohélet tout est éphémère. Tout au long de son livre, il va identifier les raisons pour lesquelles il affirme que toutes les expériences humaines sont éphémères. Voici quelques exemples :

  • Le travail: « J’ai découvert aussi que les humains peinent et s’appliquent dans leur travail uniquement pour réussir mieux que leur voisin. Cela encore n’est que vanité, course après le vent» (4,4).
  • L’argent: « Celui qui aime l’argent n’en a jamais assez et celui qui aime la richesse n’en profite pas. Cela est aussi vanité! » (5,9)
  • La sagesse: « J’ai fait l’expérience de beaucoup de sagesse et de science. Je me suis appliqué à connaître la sagesse et la folie, ce qui est intelligent et ce qui est stupide. J’ai compris que cela aussi c’est vanité, courir après le vent » (1,16b-17).

    Le bilan de son expérience est très négatif. «Le sage meurt tout comme le sot et les hommes ne se souviennent pas plus de l’un que de l’autre. Pourquoi en est-il ainsi? Alors je déteste la vie. En effet, je trouve détestable ce qui se fait sous le soleil puisque tout est vanité, course après le vent » (2,16-17). De façon provocante, Qohélet affirme que le sort de l’être humain ne diffère pas de celui des animaux puisque par la mort leur sort est identique (3,19). Il va même jusqu’à dire qu’il vaut mieux être mort ou de ne pas être né que de vivre l’absurdité d’une vie éphémère (4,2-3). Est-ce que cette réflexion est un éloge du suicide? Non, c’est une partie du regard lucide de Qohélet sur la vie qu’il ne faut pas isoler du reste de sa pensée. 

Les plaisirs de la vie 

Malgré le côté éphémère de la vie, Qohélet souligne ce qu’il y a de bon dans la vie qui nous est donnée. Il propose de bien savourer les plaisirs qui s’offrent à nous en vivant le moment présent. Pour lui, d’ailleurs, ces plaisirs sont vus comme des dons provenant de Dieu.

« Va, mange ton pain avec plaisir et bois ton vin d’un cœur joyeux, car Dieu a déjà approuvé tes actions. En toute circonstance, mets des vêtements de fête et n’oublie jamais de parfumer ton visage. Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, chaque jour de la fugitive existence que Dieu t’accorde ici-bas. C’est là ce qui te revient dans la vie pour la peine que tu prends ici-bas » (9,7-9).

tableau regards bibliques

Lire Qohélet aujourd’hui 

La force des réflexions de Qohélet traverse le temps pour nous rejoindre. Dans ma pratique pastorale, la lecture du livre de Qohélet a permis à quelques adolescents athées de prendre contact avec la Bible. Eux aussi cherchaient le sens de la vie et se rendaient compte de l’absurdité d’une mort sans au-delà. Ce livre leur a permis de se reconnaître dans la Bible et d’enlever certains préjugés qu’ils avaient envers la Parole de Dieu. Puisque le Pape nous demande d’aller en périphérie, peut-être que Qohélet peut nous permettre de le faire.

Il est clair que la résurrection et la vie éternelle telle que conçue dans le christianisme permettent d’apporter des pistes de réponses aux questions de Qohélet. Par ailleurs, je pense qu’il faut continuer d’entendre les questions de Qohélet sans y répondre trop rapidement. Ainsi, la lecture de ce livre nous permet de rester d’authentiques chercheurs de vérité. Qohélet nous aide à être des croyants en quête de sens pour avancer vers une foi plus profonde et entrer en dialogue au sujet des questions existentielles avec les personnes qui ne partagent pas notre foi.

Pour vous guider dans l’exploration de Qohélet, je vous recommande le livre À la recherche du bonheur, une lecture du livre de Qohélet de Michel Proulx, Novalis, 2015, 240 p.

Si vous voulez poursuivre cette réflexion, écrivez-moi pour me dire ce qui donne sens à votre vie.